ForumAmi

Bonjour, je m'appelle Cinfonie
Bienvenue sur mon forum



Inscris-toi et rejoins-nous
ForumAmi est un forum GRATUIT
francophone, laïque et apolitique de détente et de discussions amicales
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Ephéméride du jour
- Sem.
ceci n'est pas une pub

1 clic = 1 animal sauvé
Statistiques
Nous avons 272 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est oldman

Nos membres ont posté un total de 44920 messages dans 4653 sujets

L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Aube le Jeu 9 Mar - 19:07

Ce jeudi, l'Île-de-France a adopté un Small Business Act francilien pour favoriser l'accès des TPE-PME à la commande publique, qu'elle a conditionné à une clause dite "Molière" imposant l'usage du français, malgré l'opposition de la gauche et du MoDem sur cette disposition.
Cette clause, dont le but est de lutter contre la directive européenne des travailleurs détachés, a déjà été imposée par plusieurs conseils régionaux (Normandie, Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes), sur les chantiers dont ils sont maîtres d'œuvre.

"Nous assumons. C'est une condition sine qua non pour la sécurité des travailleurs sur les chantiers", a déclaré la présidente, Valérie Pécresse. Cette clause pourrait concerner les secteurs "des travaux publics, du transport, de la formation professionnelle, des activités de conseil, etc.".

Le vice-président en charge de l'économie Jérôme Chartier a reconnu qu'il s'agissait là d'une "volonté politique". "Cette clause est nécessaire et vise les entreprises étrangères qui viennent avec leurs équipes, sans qu'aucun ne parle français.

Il faut que ces entreprises se mettent au niveau, que l'échange sur les chantiers par exemple se fasse en français", a-t-il estimé.

source et suite de l'article ICI

Quel est ton avis ?
avatar
Aube
 
 


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Falcon75 le Jeu 9 Mar - 21:00

Cela évitera peut-être aussi le travail clandestin. Perso, je désapprouve car je suis pour la liberté individuelle. Je parle la langue que je veux. Va-t-on aussi interdire aux Bretons de parler leur langue et les obliger à effacer les noms bretons sur les panneaux de signalisation par exemple ? La LiBERTÉ de chacun encore une fois bafouée. Demain, on nous dira aussi, si ça continue, ce qu'on aura le droit de dire ou pas, de penser ou pas, de manger ou pas, etc etc.... Si ça se trouve, demain, on ne pourra plus manger de pizza parce que ce n'est pas un plat français. Tout ça ne me dit rien de bon. Ça pue le fascisme à plein nez.


«Peu importe ce que les autres vous diront,
les mots et les idées ont la faculté de changer le monde.»
Tom Schulman
avatar
Falcon75
 
 


http://forumami.clicforum.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Cinfonie le Ven 10 Mar - 9:41

En fait, ils ont piqué l'idée de Marine Le Pen concernant la "préférence nationale".
Si c'est pour privilégier d'abord les entreprises françaises au détriment de la concurrence européenne, moi je dis d'accord. Après tout, pourquoi aller faire travailler des entreprises étrangères en laissant en plan nos entreprises. Par contre, attention au retour de boomerang. Si on le fait, ils le feront et là, ça va faire mal parce qu'énormément d'entreprises françaises ont des contrats en Europe. Si on perd ces marchés, c'est la cata.

Maintenant, si cette mesure ne vise qu'à faire de la discrimination raciale sur les chantiers, moi, je me marre. Je rigole parce que la plupart des boulots du bâtiment ne trouvent pas de Gaulois pour les faire. Trop durs, trop mal payés, trop fatiguant... lol girl



Cinfonie
 
 


http://forumami.clicforum.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Aube le Ven 10 Mar - 14:27

Je partage ton avis Cinfonie.

Par contre, même si, de nos jours, on n'interdit pas de parler breton, cela à été fait en 1901


"En fait, ce n’est pas en 1902 qu’il est question pour la première fois de prohiber la prédication en breton et de n’autoriser que celle en français. La première initiative en la matière est antérieure d’une douzaine d’années, puisqu’elle date du 30 octobre 1890, et provient du directeur des Cultes au cabinet d’Armand Fallières, alors ministre de la Justice et des Cultes : c’est celui qu’Yves Le Gallo appelle « l’inamovible et monomaniaque Charles Dumay ».En place depuis 1887, il l’est toujours au moment des événements de 1902.

La mesure, dans un premier temps, ne s’applique qu’aux Flamands. Dès le 26 mars 1901, Dumay s’adresse aux préfets de Bretagne et leur demande si « les mesures prises pour le Nord doivent être appliquées dans [leur] département ».La circulaire de septembre 1902 va précipiter les choses et « remuer profondément la Bretagne jusqu’en 1905 ».Car Émile Combes met très rapidement ses décisions en application. « À titre d’exemple », ce sont 31 prêtres qui, dès le 9 janvier 1903, sont suspendus de traitement dans l’évêché de Quimper et Léon, 10 curés-doyens dans celui de Vannes, et 9 recteurs ou vicaires dans celui de Saint-Brieuc et Tréguier : ce sont apparemment eux « les plus fougueux pratiquants (sic) du bas breton » et pour reprendre la terminologie du président du Conseil, « les plus compromis parmi les prêtres qui persistent à faire, de parti pris, usage du breton dans les instructions religieuses et l’enseignement du catéchisme ».
source

Un témoignage ICI

L'interdiction du breton se faisait aussi au sein des écoles primaires.
Mon père (né 1921) a appris le Français en primaire, ce qui est logique, me direz-vous.
Mais les enfants avaient l'interdiction formelle de parler breton également durant les récréations et les temps de pose du midi. Sinon, en punition, ils avaient des corvées à faire et des bonnets d'ânes à porter.
D'ailleurs, ils n'avaient que des instituteurs qui ne parlaient pas un mot de breton.
Je pense que ses parents ont appris le Français par leurs enfants.
Ils n'avaient pas le choix, tout ce qui était en breton était interdit, état civil, nom des rues,  intitulés des boutiques, les messes, les vêpres,  etc.... A savoir aussi que le seul médiateur entre le nouveau pouvoir et le peuple paysan était le recteur de paroisse, qui informait publiquement ses ouailles lors du prône dominical. Donc beaucoup furent remplacés...
Je ne parle pas breton, je connais juste quelques expressions, car mon père n'a jamais voulu me l'apprendre. Mais mes cousins, qui eux, sont restés en Bretagne, le parlent et le comprennent un peu.

Juste à savoir : Le Breton parlé au nord de la Bretagne était différent que celui parlé au sud, que l'on appelle Breton vanetais. Celui du nord ressemble au Gallois.
Le breton que l'on apprend dans les écoles Diwan, est du breton moderne, un mélange des 2 !

Le breton ou le basque sont bien des langues à part entière. Ils possèdent leur propre vocabulaire, leur syntaxe, leur grammaire, et ne sont pas des variantes d’autres langues, leurs modes de conjugaison. Le breton est d’ailleurs plus vieux que le français : les premiers écrits bretons datent du VIe siècle (590 environ) alors que les premiers écrits du vieux français roman datent du IXe siècle.

Le breton est le frère du gallois et du cornique. Il est le cousin du gaëlique.
Si vous voulez approfondir, c'est ICI
avatar
Aube
 
 


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Tiphanie le Ven 10 Mar - 18:59



En ce qui concerne la langue bretonne, je rejoins Aube. Etant d'origine bretonne (née dans le Morbihan), je n'ai aucun souvenir que mes parents parlaient breton, à part Kenavo. Je me rappelle juste que mes grands-parents le parlaient, mais entre eux, jamais devant tout le monde. Et dans les écoles catholiques, le français était la première langue enseignée avec le latin obligatoire, ensuite les langues vivantes telles que l'anglais, l'allemand et l'espagnol.

Je ne me rappelle pas non plus les panneaux en breton et en français, mais peut-être que j'étais trop petite. Je suis montée à Paris à l'âge de 18 ans. Ce n'est que dans les années 80 que j'ai réalisé que les panneaux et le nom des villages et bourgs étaient dans les deux langues. Et depuis quelques années, la Bretagne a le vent en poupe.

Pour revenir au sujet posté ici, l'idée est à double tranchant. D'une part, cela peut enrayer l'épidémie de délocalisation des entreprises françaises ou des travailleurs à l'étranger et d'autre part, je rejoins Cinfonie, pour la main d'oeuvre. Les ouvriers accepteraient-ils de travailler dans des conditions physiques très difficiles et fort mal rémunérées ? Pour ma part, je suis plutôt sceptique ... mais cela reste à voir.



Les portes de l'avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser (Coluche).



avatar
Tiphanie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par MarieLara le Ven 10 Mar - 19:48

Pour la sécurité il vaut mieux que sur les chantiers tout le monde parle la même langue.


avatar
MarieLara


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Cinfonie le Ven 10 Mar - 20:57

Pour les panneaux bretons, y allant tous les ans en vacances, je confirme. Les panneaux des villes comportent le nom en français et le nom en breton. Et on rencontre même des panneaux seulement en breton ce qui n'est pas très pratique. Pour ma part, quand je vais en Bretagne, j'ai un peu l'impression de ne plus être en France tellement la culture bretonne est présente. C'est presque dépaysant. J'adore.
La dame qui nous loue sa maison ne parle que le breton. Elle a du mal à s'exprimer en français. Elle cherche souvent ses mots. Elle a 80 ans environ et son fils, parle breton avec elle. Et nous avons croisé des dames discutant en breton au marché et aussi des jeunes aux festnoz qui se parlaient en breton. J'admire cette volonté qu'ils ont de vouloir sauvegarder leur langue.

Pour l'obligation de parler français sur les chantiers, je pense à mon père. Il était italien et ne travaillait qu'avec des italiens. Le patron lui, était français. C'était donc lui, le patron, qui était responsable qu'il n'y ait que des italiens sur ses chantiers. Ce qui me fait donc dire que ce sont les patrons qu'il va falloir mettre au pas et ça, ça m'étonnerait lol girl Surtout qu'en plus, ils le disent eux-mêmes. Ils ne trouvent pas de Français pour faire ces boulots là.



Cinfonie
 
 


http://forumami.clicforum.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Île-de-France impose l'usage du français sur les chantiers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum